a
   

 Gaël Mevel Quintet

              + Pierre-Jean Bouyer

a
a
a
          images
a
a
   

Jean-Jacques Avenel        contrebasse
Jacques Di Donato
                        clarinette
Gaël Mevel            piano et bandonéon
Didier Petit                                violoncelle
Thierry Waziniak                                    percussions


Pierre-Jean Bouyer
    
                   vidéo

a
   


Disque paru en 2010 "Images et personnages " chez Leo records

Vous pouvez dés maintenant vous le procurer en écrivant à Artefact  artefatc91@wanadoo.fr
                                                                                                                              par chèque ou Paypal

Le troisième rêve de Nathanaël
cd
Cette nuit, là

retour


Une vision cinématographique de l'improvisation

Approcher la musique du cinéma, non pas comme catalogue d’œuvre mais comme ensemble de techniques, inscrire le zoom, le personnage, le travelling, le hors champs dans le processus d’improvisation.
Cette idée, si l'on n'oublie pas l'essentiel (Jean-Luc Godard : "le cinéma n'est pas un ensemble de technique, ni un art mais un mystère") , ouvre d’emblée de nombreuses portes.

Balayer l’espace sonore, le rapprocher, jouer avec, jouer contre les autres, tout contre, participer à la conversation, parler d’une autre manière que les autres, parler moins fort pour être entendu, alors qu’on ne vous voit pas, se taire en gros plan, voir les autres se taire, raconter une autre histoire, faire pénétrer un nouveau personnage, incongru, invité, attendu, hostile, timide, impatient.

J’ai proposé à Jean-Jacques Avenel, Didier petit, Jacques Di Donato, Thierry Waziniak, des personnages, des mouvements, sous formes de haïkus musicaux, qui tissent à l’intérieur de l’orchestre quelques fils cinématographiques.
Ces haïkus sont tirés de mon travail de création pour le cinéma muet (Centre Pompidou, cinémathèque française, musée d’Orsay, festival de La rochelle - Fritz Lang, Jean Renoir, Carl Dreyer, Victor Sjöström ), travail où j’ai puisé, en improvisant longuement avec les films, l’essence d’un personnage, d’une situation, d’un climat, d’un mouvement.

Ces haïkus sont forts en ceci qu’ils puisent dans le film qui les a fait naître leur singularité, ils me donnent ainsi des éléments intimes de chef d’œuvres, reflètent un univers, donnent un visage.

Chacun est libre maintenant au sein de l’orchestre d’écrire une histoire, une architecture, stimulé en permanence par les autres musiciens, proches (dans le champ), ou éloignés, comme une autre couche musicale (hors champs), une histoire où d’étranges personnages, se croisent, se parlent, se taisent : vivent.

Dans ce spectacle, à la fois véritable création et aussi hommage au cinéma, Pierre-Jean Bouyer, vidéaste, peut se joindre au quintet, et improviser, à partir de "personnages" et "d'images" du patrimoine cinématographique.
Dans son travail de vidéo pour les version concerts d’opéras, il a su inventer un langage en dialogue permanant avec la musique, un langage fort, unique.
Ici, il ne met pas en image le travail des musiciens, mais propose au contraire d’une manière extrêmement musicale et raffinée, de nouveaux personnages, et portant les images jusqu'à la musicalité, suspend lui aussi d'étranges ponts entre les arts.

 

Gaël Mevel

 

 

 

Projet précédent du quintet "la promesse du chant" disque paru en 2001, cliquer ici