Parcours / Career           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




 

 

 

 

 




Gaël Mevel, pianiste, violoncelliste, compositeur, improvisateur, a un parcours marqué par un goût pour toutes les formes d'art et pour les ponts que l'on peut tisser entres elles.
Musique, théâtre, danse, art culinaire, poésie.

Musicien, il a créé une oeuvre, riche et singulière, saluée par la presse internationale qui relève autant de la composition que de l’improvisation.

Sa grande connaissance et sa pratique du jazz et des musiques improvisées, nourries de son expérience de la musique contemporaine, son goût pour le silence, lui ont permis d’élaborer un univers d'un grande poésie, sensible et ouvert, unique, et qui renouvelle la relation écrit-improvisé.

Il a étudié le piano avec Eric Watson, Geneviève Doyen, Jay Gottlieb, l'arrangement et la composition avec François Théberge, l'harmonie avec Bernard Maury, le violoncelle avec Philippe Straszewsky et Agnès Vesterman.
Diplome d'état d'enseignant option jazz
diplomé de l'école Louis Lumière , cinéma.

Il travaille comme comédien autour de texte de Jean Giono, Fernando Pessoa et avec ses propres textes.

 

• The penguin guide -USA
Belle et presque inclassable, la musique de Mevel est d’une étrangeté captivante et surréaliste

•The Wire - fevrier 2003 -Angleterre:
“Gaël Mevel ajoute un chemin unique au langage de la musique improvisée européenne et signe un disque d'une assurance remarquable.” Philip Clark

• Le Nouvel Observateur - novembre 2003 - France:
“ Télépathie, fluidité,
apesanteur, économie du propos, maîtrise méticuleuse des dynamiques :
C’est beau comme un rêve éveillé. Rare.” Bernard Loupias

• Jazz Review - Janvier 2004 – Angleterre :
“Un fascinant Kaléidoscope musical.” Fred Grand

• Jazz Magazine - Déc 97 - France :
“ Les compositions de Gaël Mevel,sont source d’une ardente et lumineuse poésie.” Philippe Méziat

 

Depuis plusieurs années, il écrit et improvise pour le
cinéma muet,

Invité au festival de La Rochelle, il a accompagné l’intégrale des oeuvres de Murnau.
Invité au centre Pompidou, il a accompagné les films de la retrospective surréaliste.
Invité à la Cinémathèque française, il a composé et interprété une musique pour “Sur un air de Charleston” de Jean Renoir,” A girl in every port” de Howard Hawks, et “Die Nibelungen” de Fritz Lang
Invité au musée d’Orsay, il a accompagné “la Terre” de Dovjenko, "Queen Kelly " de Eric Von Stroheim,
Invité au festival "Entrevues" de Belfort, il a joué "La grande Parade" de King Vidor et Too much Johnson, inédit de Orson Welles.

Ses études à l’école Louis Lumière lui ont permis de découvrir très tôt la magie des possibles qui lient l’image et le son, il choisit ainsi de ne pas surligner le film mais de créer un univers parallèle à l’image, un univers qui met en valeur et
interroge, et laisse ainsi le film exister.

En 2002 il joue avec la chanteuse improvisatrice Catherine Jauniaux, à partir de textes poétiques qu’il a écrit, sur “ La passion de Jeanne d’Arc” de Carl Dreyer.

En 2004 il compose une partition pour “Les larmes du clown” , le chef d’oeuvre de Victor Sjostrom, musique qu’il interprète sur scène avec Jacques Di Donato et Thierry Waziniak.

Il a créé une musique pour plus de 50 films muets.


Les ensembles musicaux qu’il a crées sont le reflet de cette volonté d’exigence, d’ouverture et de recherche.
S’y croisent les personnalités les plus marquantes, les plus inventives, les plus passionnantes.

Le Gaël Mevel Trio, créé en 1995, avec Jean-Jacques Avenel et Thierry Waziniak, renouvelle l’archétype du trio piano/contrebasse/batterie, dans une musique chaleureuse et inventive.
Deux disque sont sortis : “La lucarne incertaine” chez AA records et “ Danses parallèles” chez Leo records.

• Steve Koenig - juin 2004 - New York :
“Sachez que ce disque retiendra votre
attention pendant des années.”

• Octopus - Janvier 2004 – France
:“Gaël Mevel construit un puissant espace poétique. Ici, chaque note compte, et c'est une vie que la musique nous conte. Cette musique d'un lyrisme paradoxal s'épand avec l'ample évidence de ce qui est indispensable.” Franck Médioni

• Jazz Magazine - Déc 97 - France :
“Un très beau concert heureusement restitué par ce disque.” Philippe Méziat

• Le Nouvel Observateur - février 98 - France :
“ On est resté longtemps scotché à
“ La Lucarne Incertaine”, le premier disque rêveur de ce jeune pianiste français.” Bernard Loupias.

Le Gaël Mevel Quintet, créé en 2000, permet le mélange des timbres, une écriture plus complexe, mais aussi plus épurée. C’est un travail sur le polylogue, et sur le silence, et aussi un hommage à Maurice Blanchot.
Jacques Di Donato et Didier Petit rejoignent ici les membres du trio.
Deux disques sont sortis chez Leo Records : “La Promesse du chant” en 2002 et "Images et personnages" en 2010.

• blog de françois Couture -juillet 2010 –Canada
Ooooooh. Très joli, très profond, très séduisant.

• Bad Alchemy-juin 2010 – Allemagne
Le pianiste et le joueur de bandonéon Gaël Mevel garantit une poésie aussi tendre qu'on peut à peine se l'imaginer.

• The penguin guide -USA
La promesse du chant est un chef d’oeuvre moderne et discret.

•All Around Jazz - octobre 2002 - New York :
“Un des six disques du mois de Steve Koenig.”

• Audeo – janvier 2003 – portugal : Un des dix meilleurs disques de l'année 2002.

• Bad Alchemy- Fevrier 2003 – Allemagne :
“Toutes les pièces émanent de Mevel
qui, dans son génie fou, concocte une quasi-musique de chambre, introvertie, subtile
et économique à la fois.”

• Jazz Magazine - novembre 2002 - France :
“S'appuyant sur des pièces courtes et
un formidable sens de l'interplay, l'ensemble évolue sur des coquilles d'œuf et laisse
exhaler des senteurs échappées de l'école de Vienne et des plages de la West Coast.
Un art de l'allusion et de l'intériorité.” Gérard Rouy

 

Le quartet Alta
avec Thierry Waziniak, John Hebert et Michael Attias crée un pont entre une vision européenne et une autre plus New Yorkaise du Jazz.

 

Trio Rives, avec Jacques Di Donato et Thierry Waziniak, improvise des textures sonores

Cette matinée d'été est tout de même un peu fraîche
est un groupe de musique improvisée avec Jean-Luc Cappozzo et Thierry Waziniak.

Le silence des sirènes, avec Didier Petit, travaille autour des compositions de Gaël Mevel au piano, et crée une musique limpide, mélodique, qui n'oublie pas une très certaine fougue.

Le Duo avec Michaël Attias est le lieu de rencontre de deux musiciens qui défendent, de chaque côté de l'Atlantique une vision libre et mélodique du jazz.

 

 

Il a composé et improvisé pour la danse, avec la Chorégraphe Caroline Lagouge Chaussavoise

 


Both a pianist and a composer, his intellectual curiosity has lead him to develop a language at the borders of improvisation, contemporary music and jazz.

As a composer, he creates an original, sensitive universe. As an improviser, he delivers an austere though sensual language, a language born of silence.

He studied piano with Eric Watson, Jay Gottlieb , Geneviève Doyen, arrangement and composition with François Théberge, harmony with Bernard Maury, cello with Philippe Straszewsky.

He also studied at the cinema school "Louis Lumière" .

 

"a new young French poet on the piano. As beautiful and rare as a waking dream."
Bernard Loupias Le Nouvel Observateur

"Gaël Mevel adds a distinctive European twist to the rhetoric of improvised music."
Philip Clark The Wire

"a crazy genius"
bad alchemy

"a dreamlike world bathed in poetry."
Jazznotes

"Gaël Mevel's composing draws upon great French traditional music, but it can also resort to the codes of sharp jazz, and generates ardent and luminous poetry."
Philippe Meziat. Jazz Magazine.

"music one moment in suspension, as struck by its own wonder, leaves us thinking."
Francis Marmande Le Monde

"this music ic one of listening, of consideration, of the right note aimed at creating harmony and enhancing homogeneity .(...) To play by the record, to place the notes accurately. An art that Gaël Mevel masters perfectly"
Jean-Luc Germain. Le Télégramme